John McCain, héros de guerre...

Publié le par Princess et Nam

Dernière stratégie en date : émouvoir le peuple... On savait depuis toujours que John McCain est un vétéran de la guerre du Vietnam. Il était pilote dans la Navy et son avion a été abattu le 26 octobre 1967. Il a survécu mais a été fait prisonnier (au centre sur la photo) alors que son parachute atterrissait sur le Truc Bach Lake à proximité de Hanoï. La stratégie est liée au fait que John McCain vient de recevoir un soutien... inhabituel ! En effet, Tran Trong Duyet, l'un des gardiens qui l'a maintenu en captivité pendant cinq ans en tant que Prisoner Of War (POW), a déclaré : "Si j'étais citoyen américain, je voterais pour John McCain" car il considère désormais l'ancien prisonnier comme son ami ! Au cours de la même interview, il a avoué qu'aucun prisonnier américain n'avait été torturé alors que McCain aurait déclaré avoir subi plusieurs passages à tabac et un isolement afin de conquérir quelques voix supplémentaires... Une des raisons pour laquelle Tran Trong Duyet voterait pour le candidat républicain est que, selon lui, il est le candidat "qui a le pouvoir de pardonner et de se tourner vers l'avenir". Visiblement, Tran Trong Duyet ne s'est pas trop attardé sur les conditions de détention et, malgré le fait qu'il ne possède aucune photographie de lui et de son nouvel "ancien ami", il témoigne avoir amélioré son anglais grâce à John McCain, qu'il décrit comme possédant un grand sens de l'humour. La manipulation est à son paroxisme lorsqu'il déclare que "géoliers et prisonniers partageaient les mêmes repas et jouaient ensemble au Volley Ball..." Le passé militaire est un point fort dans la personnalité de John McCain et un argument majeur de sa campagne. Si celle-ci est agrémentée d'une néo-camaraderie basée sur le pardon, tous les conservateurs risquent de sortir leurs mouchoirs et leurs bulletins pour John McCain, héros d'une guerre qui coûta la vie à plus de 58 000 soldats américains et 3 000 000 de vietnamiens !... (Photo : AP)

Publié dans Election 08

Commenter cet article