Barack Obama stimule la Recherche Scientifique

Publié le par Princess et Nam

Comme Princess et Nam l'avaient déjà mentionné, Barack Obama a signé cette semaine un plan de relance de l'économie américaine, engageant des sommes colossales dans différents domaines et notamment celui de la recherche. Les retombées de ce gros chèque ne vont sûrement pas tarder à se faire sentir dans les laboratoires comme celui de Princess. Ce vendredi, un e-mail très concret a été envoyé à tous les acteurs de la recherche à Hopkins, expliquant comment les 8,2 milliards de Dollars attribués au NIH (National Institutes of Health) vont être distribués.
Sur la Terre de l'Oncle Sam, entre 50 et 60% de la recherche scientifique réalisée sur les campus universitaires est financée par le gouvernement lui-même, à travers le NIH, agence du ministère américain de la santé (United States Department of Health and Human Services). L'autre moitié du camembert étant partagée entre des financements locaux, par Etat, ou privés via l'industrie, les fondations, ou même le mécénat. Il n'est en effet par rare aux Etats-Unis de voir devant l'entrée des laboratoires le nom du généreux donateur qui a permis l'achat de l'équipement ou parfois même la construction du bâtiment entier (c'est ainsi, par exemple, que Princess travaille au sein du Sol Goldman Pancreatic Cancer Research Center). Enfin, le reste des financements provient des universités elles-mêmes.
Le NIH attribue différents types de grants (subventions), sur dossier, en fonction des priorités de recherche préétablies par le bureau central (Office of the Director) et les 27 instituts, dont le National Cancer Institute. Des 8,2 milliards de Dollars, 7,4 milliards seront répartis entres les instituts de manière proportionnelle à leur budget de fonctionnement de base, tandis que 800 millions seront attribués à des projets transversaux, c'est à dire impliquant le travail conjoint de plusieurs instituts. Concrètement, cette somme va se traduire par une réévaluation des demandes de subventions déjà soumises, des possibilités supplémentaires (équipements, postdocs, étudiants stagiaires, mise en place de projets annexes) pour les contrats en cours d'une durée restante de plus d'un an, et de nouvelles possibilités de subventions de 2 ans pour des projets innovants. Bien sûr, les bénéficiaires de ce stimulus seront soumis à une évaluation scrupuleuse sous forme de rapport. Enfin, 2,2 milliards seront consacrés à l'amélioration ou à l'aménagement de nouveaux locaux ainsi qu'à l'évaluation de la recherche elle-même (à hauteur de 400 millions de Dollars).
Ainsi, Barack Obama mise sur la recherche scientifique en tant qu'énergisant de l'économie, à court terme comme à long terme ! Cette prise de position a d'ailleurs joué en sa faveur dans la balance électorale en novembre dernier, les Américains ayant compris depuis longtemps (selon un sondage réalisé l'an dernier) l'intérêt de la recherche et la valeur des chercheurs... D'ailleurs, depuis qu'elle est sur la Terre de l'Oncle Sam, Princess n'a entendu qu'une fois la blague du "trouveur"... Et, bien sûr, elle venait d'un Français...

Publié dans Travailler à Hopkins

Commenter cet article